La source

*

En écoutant chanter ce vent furieux,

Un grand frisson me secoue et j’imagine…

J’aimerais me perdre avec toi dans la tempête…

**

Au coin du feu, tes mains douces dansant sur mon corps...

La tiédeur de tes lèvres glissant sur ma peau…

**

Je voudrais me perdre avec toi dans la tempête…

Danser sous la pluie et boire de ta bouche,

L’élixir de la vie…

**

 Oh oui !

Je voudrais me perdre avec toi dans la tempête,

Ecouter siffler le vent...

Devenir toute petite dans un coin de ton corps…

**

Viens…

Je voudrais me perdre avec toi dans la tempête...

Sentir ta douceur dans ce lit doré de feuilles d’été,

Au milieu de la forêt…

Respirer ton odeur, goûter ta saveur…

**

Fort...  couler dans ta peau…

Repousse la pluie... embrasse mes larmes...

Mon souffle, mon âme…

 **

Oh! oui...

Je veux me perdre avec toi dans la tempête…

Sombrer ensemble dans un jardin secret,

Au milieu des fleurs paradisiaques.

**

La solitude est loin, elle n’existe pas,

La terre est mouillée, il y a des roses, du miel…

Le vent est plus fort... c’est la fin du monde…

**

Et nous sommes là, je te sens…

Le souffle court, dans un brasier profond,

Nous nous perdons…

**

Puis, tout est doux autour de nous,

Il fait froid dehors… mais là, près de moi...

Paisiblement, tu dors.

 *

M. Ange Bonnevie

Cazilhac. 28 Avril. 2001