Chimères

 

Je voudrais naviguer au dessus des nuages transparents,

Avec pour tout bagage, la pureté des illusions d'antan.

Oublier la peine, les mensonges, et les blessures d'hier,

Sans reproches,

Ni larmes de souffrance dans le coeur.

**

Je voudrais marcher tête haute

Sur les chemins perdus de l'oubli

Et regarder mille fois ton visage sans pâlir de chagrin,

Apprendre à pardonner les outrages et la douleur de l'âme,

Dans l'immense solitude de la nuit.

**

Je voudrais m' envoler, insouciante,

Dans les cris éperdus des mouettes 

Et m'enivrer sans arrière pensée,

Du délicat parfum d'une nuit d'été.

Flotter légère et tendre tel un souffle d'air,

Et retrouver pour un instant

L'apaisement de la candeur, les rires de l'enfance

Et les amours d'adolescente.

**

Je veux apprendre encore et encore,

Tous les chants de l'univers,

Me convaincre que ce monde injuste

Est peuplé d'amour et de paix,

Que les enfants restent, que les amours sont éternels,

Que les rêves des poètes ne sont pas que des chimères,

Que la jeunesse est toujours dans nos coeurs,

et qu'humanité, n'est pas forcément perversité.

*

Marie-Ange et J. Pierre Bonnevie

Cazilhac le 23. 04. 2004