L'absence

 

Est-ce de l'orgueil ou vraiment de l'amour

Que cette sourde douleur qui poignarde mon coeur?

Je t'ai perdu, mais qu'étais-tu d'autre qu'une illusion ?

Qu'une chimère d'imagination solitaire?

Qu'étais-tu d'autre qu'un rêve éphémère

De passion virtuelle ?

**

Pourquoi alors que tu n'étais qu'un rêve,

Je sens la glace envahir mon âme ?

Je sens que je meurs, même si mes yeux sont secs,

Sans larmes...

**

J'aurais du reconnaître les signes annonciateurs de distance...

Le feu qui s'éteint doucement, faute de souffle, de vent...

**

Ce silence cruel qui précède l'indifférence...

Ce vide qui aspire la vie, pour ne laisser,

Que la mortelle blessure de l'oubli...

*

M.Ange Bonnevie

Cazilhac 04 Mars 2001